Ma vieille amie

Me réveiller avec peut-être en tête

Et accueillir cette sensation, ce titillement

Et me dire que peut-être vaut bien mieux que jamais

Me dire que peut-être permet plus que jamais.

 

Imaginer ta main sur ma nuque vulnérable

Imaginer ta main sur mon sein désireux

Imaginer ta main entre mes cuisses, oui, là

Et ta bouche, ah, ta bouche, je n'ose imaginer.

 

Alanguie, à moitié dévêtue,

J'accueille avec délice cette vieille amie perdue

Cette sensation, ce titillement.

Ma main glisse doucement pour remplacer la tienne.