L’injure

 

Cette envie qui me prend,

Cette vague qui monte du tréfonds de mon âme,

Ce hoquet plein de bile,

Cette envie de jurer.

Ce besoin impérieux de crier à ta face.

De répondre à l’offense par des imprécations.

Et à coup d’invectives, laver cette avanie que tu m’as infligée.

Cuistre !

Fatrouilleur !

Foutriquet !

Chapon Maubec !

Je te conchie !

Mais j’essuie en un silence, de ma face, ce crachat.

Je souris, tête haute, et fais face à l’affront.

Et je pardonne déjà et j’en oublie l’outrage.

C’est la dernière fois, je promets, je le jure !

Au prochain camouflet,

À la prochaine offense,

À la prochaine blessure,

Je crierai à ta face et je te conchierai :

Cuistre !

Fatrouilleur !

Foutriquet !

Chapon Maubec !

 

À la prochaine offense,

À la prochaine blessure.