Le rêve de Ludo

 

Comment me suis-je retrouvée la tête enfouie entre les jambes de Lady A et le con rempli le sexe de Ludovic ? C’est une histoire qui mérite d’être racontée. Cependant, je te passerai le prologue, car je sais bien, cher ami, ce qui t’intéresse le plus et nous avons peu de temps devant nous.

Ludovic avait décidé d’une règle, moi, je devais attendre son bon vouloir alors que lui s’occupait d’elle. Plus précisément, je devais attendre qu’il déclenche l’œuf vibrant pour me joindre à eux, si j’en avais l’envie.

Sagement assise sur un fauteuil, nue, je le suivais du regard alors qu’il attachait Lady A. Il lui a d’abord lié les mains avec un foulard de soie noire. En se dirigeant vers les pieds de Lady A, il lui a effleuré le ventre. Elle a frissonné, moi aussi. J’ai profité de ma position pour la regarder, elle, magnifique, bras et jambes écartées, la soie noire des foulards assortie avec sa toison soigneusement détourée. Nos regards se sont croisés, nos sourires se sont répondus. Puis nous sommes revenues sur Ludovic qui continuait sa mise en place de jouets sur le lit. Chacun de ces jouets était autant de sources de plaisir potentiel, je me suis demandé s’ils étaient tous pour elle, et comment il allait s’en servir. Il s’est arrêté pour contempler la scène sous ses yeux, il semblait aussi calme que moi j’étais fébrile. Comme tu le sais, la patience n’est pas mon fort : je n’avais qu’une envie, celle de me lever du fauteuil et de caresser Lady A autrement qu’avec les yeux. Il a interrompu ma rêverie :

– Tiens, tu peux le mettre.

Dans ses mains, l’œuf vibrant dont nous avions parlé. J’ai souri, le jeu commençait enfin. J’ai pris le tube de lubrifiant posé à côté de moi sur une table basse. J’ai allumé le jouet après l'avoir enduit de gel. Puis, mon regard vissé dans le sien, j’ai écarté les jambes et je me suis introduit l’œuf lentement, très lentement. Il a eu ce petit sourire complice dont je t’ai déjà parlé. Je lui ai envoyé un baiser, il a souri encore plus et s’est tourné vers Lady A. Après tout, nous étions là pour elle. Il lui a demandé de fermer les yeux, ce qu’elle a fait. Elle aussi souriait. J’aime les gens qui ont le sexe joyeux !

Ludovic a pris son premier jouet, un plumeau. Le cou et les épaules, puis le ventre de Lady A ont frissonné sous ses caresses. Ludovic a continué vers le bas, il a à peine effleuré le sexe de Lady A avant de continuer vers ses cuisses et ses jambes. Je n’en perdais pas une miette tout en me demandant si j’avais envie d’être le plumeau ou la peau. Il m’a jeté un regard, comme pour s’assurer de mon obéissance, puis il a repris son parcours sur le corps de Lady A. Il est revenu sur son sexe, en a agacé un peu le clito. Elle se trémoussait à chaque effleurement des plumes. Le plumeau, j’ai eu envie d’être le plumeau.

Ludovic a fait une pause et a changé de jouet. Il est venu à moi avec un petit vibro d’une main et un gel de l’autre. J’ai cru un moment qu’il allait changer le script. Mais, non, en souriant, il a simplement posé un peu de gel sur mon clito. J’ai été un peu perplexe, puis j’ai senti la sensation de chaleur sur mon clito : il avait utilisé du lub chauffant, l’affreux. Le sourire qu’il a eu avant de retourner à Lady A et d’en faire autant sur elle !

Il a pris la télécommande de mon œuf et…rien. Le coquin avait décidément envie de tester ma patience. Le petit vibro en main, il a tourné son attention vers Lady A, ses seins aux tétons durcis puis son clito. Je ne voyais pas très bien ce qu’il faisait, mais les réactions de Lady A étaient parlantes, ses petits soupirs, les soubresauts de son bassin, elle aimait.

J’ai sursauté quand Ludovic a déclenché l’œuf. Enfin !

Il m’a lancé la télécommande. Je me suis amusée seule, un moment : j’ai augmenté les vibrations de l’œuf et me suis caressée. Ludovic continuait à s’occuper de Lady A avec un womanizer et un dildo. Fascinée, je regardais le jouet en verre entrer et sortir du sexe de Lady A alors qu’elle allait à la rencontre du jouet avec des mouvements amples. Involontaire, je me suis mise à onduler du bassin en cadence avec elle.

Et puis, tout devient un peu flou, comme des flashs. Je me souviens avoir eu très envie de me joindre à eux, de m’être levée, de m’être collée à Ludovic et l’avoir branlé. Lui, il avait mis les jouets de côté et avait enfoui la tête entre les cuisses de Lady A. Puis, je ne sais pas trop comment, me voilà en train de sucer Ludovic.

Et moi encore, entre eux cette fois, à la main, la télécommande du jouet qui vibrait entre les cuisses de Lady A. Ma bouche sur son sexe à elle, un délice ! Ses soupirs qui montaient et les miens, étouffés quand Ludovic a remplacé l’œuf par son sexe. Le corps de Lady A qui se tend à la rencontre de ma langue, mes mains sur ses seins, les mains de Ludovic sur mes hanches. Ses mouvements qui nous donnent à tous les trois un rythme, un balancement lent au début puis frénétique alors que le plaisir arrive. Nos soupirs qui emplissent la pièce. La vague a d’abord emporté Lady A, puis moi et enfin lui.

Oui, je sais, Ludovic en a parlé comme d’un rêve qu’il a fait, mais désormais tu sais…

 

Pour lire la version de Lady Annia, c'est ici 

Pour lire la version de Ludo, c'est ici 

 

 

Divagations rouge