Souvenirs

Après avoir écrit dans son journal, Marc resta assis un moment, le regard dans le vide.

Il se demandait dans quoi il s’était embarqué. Puis toujours songeur, il s’était levé pour se préparer pour la nuit.

Plus tard, dans son lit, à moitié redressé par une pile d’oreillers, il prit son téléphone. Distrait, il parcourrait les divers réseaux sociaux auxquels il participe et comme tous les soirs depuis le départ de son fier Kédélian, il finit par revenir sur les derniers messages qu’ils avaient échangés.

Puis il ouvrit la seule photo qu’il avait de Boubi. Du doigt, il repassa les tentacules qui entourent sa tête et il se souvint.

Il se souvint de leur dernière rencontre, de leur dernière fois. C’était juste après l’attentat, ils étaient dans un des labos quand Boubi a reçu l’appel qui lui demandait de rentrer immédiatement. Après avoir mis fin à la conversation, Boubi s’est retourné vers Marc pour lui donner la nouvelle.

Marc statua plus qu’il ne demanda : « Tu dois partir… »

« Oui » répondit Boubi. Puis il ajouta : « Je dois passer la faille… je… » Il hésita un moment et reprit : « Je ne sais pas si je pourrais le traverser à nouveau une fois sur Kédéla… ».

Marc resta sans voix. Boubi se leva et s’approcha de lui.

« Je ne sais pas si on pourra se revoir, et encore moins quand on pourra », lui dit-il en lui prenant la main. Marc se leva à son tour. Les deux amants restèrent un moment, face à face, sans un mot.

Un des tentacules sub-buccaux de Boubi caressa la joue de Marc.

Marc se rapprocha et posa un baiser sur la bouche de Boubi. Pendant qu’ils s’embrassaient profondément, Boubi se débarrassait de ses vêtements, libérant aussi ses tentacules dorsaux.

Il s’en servit alors pour enlacer Marc, ses tentacules ventraux n’étant pas en reste, ils détachaient la ceinture et le pantalon de Marc, faisant voler ses vêtements à travers la pièce.

Marc se souvenait, avec délice, de cette sensation. Les tentacules de Boubi parcouraient son corps enfiévré, ses ventouses alternant succion et caresses.

Il se rappelait comme Boubi s’était agenouillé devant lui et avait pris son sexe dans sa dimule.

Boubi lui avait révélé que les organes reproducteurs des Kédélians se trouvaient juste sous leur bouche. Même si tous les Kédélians venus sur Terre apparaissaient comme étant mâles, ils étaient en fait hermaphrodites. Tous les Kédélians avaient ainsi une dimule, leur organe femelle et un lumule, organe mâle. Le fait que ses organes soient cachés sous leur bouche n’était connu que de peu de personnes sur Terre.

L’esprit de Marc retourna à cette dernière fois, la dimule de Boubi autour de lui alors que son lumule s’insinuait en lui.

Marc se souvenait de leur dernière fois et doucement, s’endormit sans s’en rendre compte.